Hugo et Emma, deux fiancés à la recherche du vin idéal pour leur mariage

Hugo et Emma, deux fiancés à la recherche du vin idéal pour leur mariage

Hugo et Emma, deux fiancés à la recherche du vin idéal pour leur mariage 1024 683 Winedding

Découvrez la série de Hugo et Emma, l’histoire de deux fiancés à la recherche du vin idéal pour leur mariage.

Avec eux, explorez l’univers du vin et tentez de devenir œnologue amateur !

Chaque semaine, Hugo et Emma partiront à la découverte de nouvelles saveurs dans leur quête des meilleurs crus pour accompagner leur repas de noces !

Alliances vins-mets audacieuses, idées reçues et astuces, découvrez à leurs côtés tout ce qu’il y a à savoir sur le vin !

<< Précédent || Suivant >>

Le jour J approche !

Mairie, vin d’honneur et repas de noces : tout est prêt, soigneusement organisé, rigoureusement minuté… Tout, sauf le vin !

Sur les conseils d’Olivier, un collègue œnologue amateur, Hugo et Emma ont décidé de ne pas déléguer le choix des vins à leur traiteur.

Ils ont bien raison : les voilà avec un plus vaste choix, à un bien meilleur prix !

Le problème, c’est qu’Hugo et Emma apprécient le vin, mais ne s’y connaissent pas vraiment.

Alors, comment vont ils parvenir à choisir les meilleurs crus pour leur mariage ?

Pour l’entrée, c’est décidé : ce sera foie gras et saumon fumé !

Hugo a l’habitude de déguster le foie gras avec du vin blanc moelleux et sucré.

Pour lui, ce choix s’impose ! Mais Emma est plus dubitative : « Olivier m’a dit que les vins sucrés et moelleux ne devaient jamais être servis en entrée, se souvient-elle.

Ce sont souvent des vins puissants, et ils risquent de saturer les papilles de nos convives dès l’entrée.
Du coup, nos invités ne profiteront pas pleinement du reste du repas et les autres vins auront l’air moins bons…

Je vais lui envoyer un texto pour lui demander conseil ! ».

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Et la surprenante réponse d’Olivier ne se fait pas attendre : « Ce qu’il vous faut pour le foie gras, c’est du vin rouge… ».

« Du vin rouge avec le foie gras ? » s’étonne Emma.

Hugo affiche un air perplexe : « Peut-être qu’Olivier a des goûts particuliers… On va regarder sur internet ! ».

Sans plus attendre, les deux fiancés se penchent sur l’ordinateur d’Emma.
De fil en aiguille, ils tombent sur plusieurs sites d’œnologues experts ou amateurs, tous formels : un bon vin rouge, épicé, léger en tanin et structuré accompagne à merveille le foie gras !

« Mais… comment peut-on savoir qu’un vin est léger, épicé ou structuré ? s’interroge Hugo. C’est marqué dessus ? ».
Sans quitter des yeux son ordinateur, Emma saisit son téléphone pour poser la question à son collègue.

« Commence par apprendre à lire les étiquettes ! », lui répond Olivier.

Dans son garage, Hugo a une petite cave à vin pour stocker ses quelques bouteilles.

La plupart lui ont été offertes : Emma et lui n’achètent que rarement du vin et, quand ils le font, il faut avouer que c’est toujours un peu au hasard…

Il attrape la première bouteille venue et la retourne pour y découvrir une étiquette bien fournie. « Ça fera l’affaire », songe-t-il en retournant auprès d’Emma.

Celle-ci est maintenant penchée sur un site internet qui explique le jargon du vin. « Sur cette bouteille, lance Hugo en déchiffrant l’étiquette, c’est indiqué vin léger, boisé… ».

« Inutile de lire la contre-étiquette, le coupe Emma en attrapant la bouteille. Commençons plutôt par le millésime ! ». « Tu t’y connais en millésime toi, maintenant ? », se moque gentiment Hugo.

« Je viens tout juste de lire un article intéressant, répond Emma.

Les vins plus vieux sont généralement plus structurés et équilibrés. Ce sont ceux-ci qu’il faut privilégier avec le foie gras ! ».

« Structuré ? Equilibré ? Bégaie Hugo. Quèsaco ? »

« Quand le vin se conserve bien, les tanins ont tendance à fondre au fil des années.
Ils donnent au cru de l’onctuosité, de la souplesse et de l’homogénéité », lit Emma, les yeux rivés sur son ordinateur.

« Tu arrives à te l’imaginer ? », ajoute-t-elle à l’intention de son fiancé.
« Pas vraiment, répond Hugo.

On pourrait peut-être goûter ? J’ai là un 2005 ! Un Bordeaux… ».

« Le Bordeaux sera trop puissant et tannique pour le foie gras, explique Emma.
Il risque d’en écraser le goût et de prendre le dessus sur les vins servis avec les prochains plats… ».

« Ah, oui ! soupire Hugo. Trop tannique… »

La veille, Hugo et Emma ont vite abandonné leurs recherches sur les différentes caractéristiques des vins : il y a trop d’informations sur internet, et ils ne savent plus où donner de la tête !

Qu’à cela ne tienne : Olivier, le collègue d’Emma, doit passer aujourd’hui pour travailler sur un dossier.
Il ne manquera pas de leur prodiguer ses précieux conseils, en grand amateur de vins qu’il est !

La sonnette retentit, et Hugo se précipite pour lui ouvrir.

« Alors comme ça, c’est seulement maintenant que vous vous y prenez pour faire les choix les plus importants de votre menu de noces ? » plaisante Olivier.

« Le vin n’est pas le plus important, rétorque Emma. Nous avons préféré prendre notre temps pour choisir un bon traiteur ! ».

« C’est justement pour ça que vous devez aussi prendre le temps de choisir les vins parfaits !

Un cru peut tout à fait changer le goût des plats que tu as si soigneusement sélectionné… »

« Hier soir, on s’est un peu renseignés sur les vins et on se demandait ce que c’était que le tanin », commence Hugo, une fois Olivier installé.

« On a lu que qu’il s’agissait de substances contenues dans la peau et les pépins des raisins, mais de là à savoir ce que ça change vraiment au niveau du goût… Tu peux nous éclairer ? ».

« Bien sûr ! Le tanin, c’est un peu comme le squelette du vin : il a un rôle essentiel dans la façon dont les saveurs du vin se construisent et se font ressentir en bouche ! »

« Les tanins donnent au vin sa couleur, son goût et son caractère », explique Olivier.

Ce sont ces substances qui laissent un goût légèrement âpre en bouche : les tanins sont astringents, c’est-à-dire qu’ils assèchent la bouche au contact de la salive.
Ceux dont le goût est plus persistant sont dits « gras », par opposition aux tanins « fins ».
Les vins de moins bonne qualité ont tendance à avoir un caractère astringent et âpre plus marqué et persistant, qui prend le dessus sur les autres arômes.

Il ne faut pas les confondre avec les vins puissants, dont le tanin est très marqué, mais demeure soyeux et non râpeux ! »

Hugo et Emma écoutent attentivement leur ami, bien décidés à en apprendre davantage sur les vins pour ne plus se laisser dépasser.

« Et les tanins dépendent des terroirs ? demande Hugo. Ou de l’âge du vin ? ».

« Le terroir, le cépage et l’âge du vin entrent en compte, bien entendu ! répond Olivier.

Mais la quantité et la qualité du tanin présent dans un vin dépend aussi, et surtout, du procédé de vinification du cru !
Le tanin est obtenu par différentes méthodes qui permettent de faire macérer la peau des raisins dans le vin durant la vinification.

Quant à l’âge, les crus qui ont de grandes propriétés de conservation ont tendance à devenir plus soyeux et équilibrés avec le temps ! »

Le mariage est dans trois semaines, et pour Emma et Hugo, les choses commencent à s’éclaircir.

Millésime, tanin, structure… Les voilà un peu plus familiers avec le langage du vin.

Pour le plat principal de leur repas de noces, les jeunes fiancés ont décidé de proposer au choix du poulet ou du poisson à leurs invités.
Les possibilités d’alliances mets-vins ne sont que plus nombreuses, et Emma commence à s’arracher les cheveux devant son ordinateur.

« Il nous faut un bon vin rouge pour la viande et un vin blanc sec pour le poisson ! », suggère Hugo en feuilletant quelques catalogues en ligne.

« Du vin blanc ne serait pas plus indiqué pour accompagner la volaille ? questionne Emma. Viande blanche… vin blanc, non ?

Je vais poser la question à Olivier pour en avoir le cœur net ! ».

Il ne faut quelques minutes à Olivier pour répondre au message de son amie : « Un vin rouge léger sera parfait pour accompagner à la fois la cuisse de poulet rôtie et le poisson grillé ! ».

« C’est vrai que servir le même vin pour le poulet et le poisson, ça pourrait être une bonne idée », confirme Hugo en lisant le message d’Oliver par-dessus l’épaule d’Emma.

« Ce sera aussi bien plus simple pour calculer et les quantités et estimer le budget…

En parlant de quantités, il paraît qu’on boit plus volontiers 2 ou 3 verres de vin rouge pour accompagner un plat, alors qu’on s’en tient plutôt à 1 ou 2 verres de vin blanc !

Il faudra qu’on pense à prévoir une bouteille pour 2 convives si nous optons pour du rouge… »

Emma et Hugo ont longtemps hésité avant de se décider, mais ils ont finalement choisi de proposer du fromage entre le plat et le dessert.

Et à ce sujet, ils sont déjà bien informés : pas question de faire l’erreur de choisir un vin rouge tannique !
Ils sont tous deux d’accord pour servir à leurs convives un vin blanc demi-sec fruité, qui évitera l’amertume en bouche laissée par l’alliance du vin rouge et du fromage.

C’est sans compter l’avis d’Olivier, qui vient justement les chercher pour les emmener à une conférence éducative sur le Champagne.

« Du vin blanc ? C’est une très bonne idée, oui… Mais pourquoi ne pas plutôt faire revenir le Champagne ? ».

« Avec le fromage ? réfléchit Hugo en montant en voiture. On a déjà prévu de servir du demi-sec pour accompagner le dessert. On ne peut pas proposer du Champagne tout au long du repas, quand même… ».

« Bien sûr que si vous le pourriez ! Le Champagne a aussi une vie, en dehors des vins d’honneur et des desserts…

Il existe différents types de Champagnes qui s’accordent avec tous les mets !

Et puis, votre dessert c’est bien un fondant au chocolat, non ? »

Sur le trajet vers leur petit colloque d’œnologie, Emma, qui tient à servir du Champagne au dessert, s’inquiète des remarques d’Olivier.

« Quelque chose ne va pas avec l’accord Champagne et fondant au chocolat ? demande-t-elle devant la moue dubitative de son ami.

« Le Champagne peut accompagner un dessert au chocolat, explique Olivier. Mais dans ce cas, mieux vaut choisir un brut ou un sec ! Un demi-sec risque d’être écœurant avec un dessert sucré… Enfin, vous en saurez plus après la conférence ! »

La dégustation a lieu dans amphithéâtre, et Olivier, Hugo et Emma prennent place au premier rang.

« Ça me rappelle l’université », plaisante Hugo.

« Tu ferais bien de prendre des notes, rétorque Olivier.
Cette petite conférence d’œnologie va vous apprendre tout ce qu’il faut savoir sur le Champagne !
Quand on est à deux semaines de son mariage et que l’on n’a toujours pas mis la main sur le cru parfait, mieux vaut se monter studieux… ».

La présentation débute, sous le regard attentif des deux fiancés.
L’intervenant évoque les différents terroirs, les cépages et les caractéristiques de certains crus.

Hugo n’avait jamais entendu parler du Blanc de noirs, et Emma note soigneusement la différence entre le sec, demi-sec et doux.

« Plus charpenté et puissant que le Blanc de blancs, explique l’intervenant, le Blanc de noir accompagne idéalement le foie gras ! Mais il fera aussi très bien ressortir les saveurs d’un dessert au chocolat, surtout s’il est brut et vif ! ».

Le brut, a noté Emma, c’est un Champagne qui ne contient pas plus de 15 grammes de sucre par litre.

« Un Champagne rosé brut, continue l’animateur, pourrait aussi très bien s’accorder avec la plupart des desserts sucrés ! »

De retour chez eux, Emma et Hugo se sentent plus à l’aise avec le jargon des œnologues.

Ils commencent à y voir plus clair dans les possibilités qui s’offrent à eux, mais avec tout ce qu’ils ont appris, le choix leur paraît d’autant plus vaste !

« Nous n’aurons jamais le temps de trouver les alliances mets-vins parfaites, se lamente Emma.
Si l’on doit écumer les caves et des propriétés de la région pour goûter des crus jusqu’à dénicher ceux qui conviennent, on y sera encore dans 6 mois ! ».

« Si on veut trouver les vins qu’il nous faut, on doit commencer par faire une liste ! propose Hugo.

Pour le vin d’honneur, ça sera du Champagne Blanc de blanc ! Celui que l’on a goûté avec Olivier m’a convaincu ! ».
Emma acquiesce, elle a, elle aussi, apprécié les fines bulles et les notes d’acidité de ce champagne Chardonnay.

« Moi, je voudrais bien tenter de goûter un vin rouge épicé pour le foie gras, lance-t-elle.
Mais pas question d’en commander pour le mariage sans l’avoir dégusté avant ! Je ne suis pas certaine d’apprécier ce mélange… ».

« Je suis bien d’accord, et c’est pareil pour le plat ! continue Hugo. Si l’on choisit de prendre un vin rouge léger, il faut à tout prix le déguster avec du poisson grillé pour s’assurer que les saveurs se marient vraiment bien.
Pour le fromage en revanche, je préfère rester sur le vin blanc que nous avions envisagé.
Le Champagne pèsera trop lourd dans notre budget, surtout si on décide d’en servir aussi avec le dessert… ».

Une fois la liste terminée, Emma se penche à nouveau sur son ordinateur, à la recherche des cavistes des environs.
Difficile de trouver un moment où les deux fiancés sont disponibles pour aller choisir et déguster quelques crus.

Au fur et à mesure de leurs recherches, ils tombent sur un site qui propose de commander des échantillons pour déguster les crus de son choix à domicile.

Ni une ni deux, Emma et Hugo décident de passer commande !

Le colis est arrivé et la dégustation peut commencer !

Accompagnés d’Olivier, les deux fiancés entament une dégustation à l’aveugle.

Hugo n’est pas convaincu par le vin rouge épicé qui doit accompagner le foie gras.
Pour Emma, c’est le vin blanc destiné à être servi avec le fromage qui lui semble trop banal.

Le trio passe à table : suivant scrupuleusement les consignes d’Olivier, ils ont préparé un menu similaire à celui qui sera servi le jour J.

En goûtant le vin rouge assorti au foie gras, c’est une révélation pour Hugo !

A table, Hugo découvre que les notes épicées et légèrement poivrées du cru qu’ils ont sélectionné ressortent agréablement, et que la douceur du foie gras est bien mieux mise en valeur qu’avec un vin blanc moelleux !

Pour le repas, le vin rouge léger est validé !
Ses arômes boisés et subtilement fumés relèvent parfaitement les touches grillées du poisson et les saveurs du poulet rôti.
Loin d’écraser le plat, le cru révèle au contraire tous les arômes de la viande, comme des accompagnements !

Au moment du fromage, Emma est à son tour conquise : les mets font ressortir les notes fruitées du cru, et les saveurs du fromage n’écrasent pas le goût du vin comme elle le pensait.

Au moment du dessert, Olivier se permet un dernier conseil tandis qu’Hugo s’apprête à servir le champagne rosé brut qui accompagnera le fondant au chocolat.
« Tes coupes sont très jolies, mais elles vont laisser les arômes du champagne se disperser… Tu n’aurais pas plutôt des verres tulipes pour bien terminer cette dégustation ? »

Les vins sont choisis, il ne reste maintenant plus qu’à commander !

Pour Emma et Hugo, c’est un soulagement, mais aussi une appréhension !

Comment savoir quelle quantité de bouteilles prévoir ? « Mieux vaut trop que pas assez ! », annonce tout de suite Hugo.

« Ça, réplique Olivier, c’est le meilleur moyen d’exploser ton budget et de te retrouver avec une montagne de bouteilles sur les bras après la réception…
Compte plutôt 1 bouteille de champagne pour 3 personnes et 1 bouteille de vin pour 2 personnes ! »

Les calculs sont faits, le vin commandé et reçu…

Et le mariage n’est plus que dans cinq jours ! « On a vraiment eu chaud », souffle Hugo après avoir récupéré les caisses de vin fraîchement livrées.
« Oui, mais ça valait le coup ! répond Emma. On est bien en dessous du budget prévu et notre repas de noces sera un événement dont on se souviendra comme il se doit ! »

Tout en parlant, elle sort d’une des caisses une bouteille de champagne rosé, qui aborde une belle étiquette dorée.
Une photo en noir et blanc d’Hugo et Emma orne la bouteille, avec un petit message adressé à leurs convives.

En commandant leurs crus, les deux fiancés se sont aperçus qu’ils pouvaient personnaliser les étiquettes de leurs bouteilles champagne.
Sa sœur l’avait fait pour son repas de noces, et Emma avait trouvé l’idée si bonne qu’elle avait même décidé de garder une bouteille vide en souvenir de la réception.

Aujourd’hui, c’est à son tour de vivre un mariage inoubliable et exactement à son image !

Tout est bien qui finit bien pour nos jeunes tourtereaux !

Emma et Hugo se sont mariés hier et ont passé un moment inoubliable !

Le vin ne fait pas le mariage bien sûr, mais on peut affirmer avec certitude qu’il apporte sa pierre à l’édifice…

Si comme Hugo et Emma vous ne savez pas vraiment par où commencer pour choisir les crus qui sublimeront votre repas de noces, rendez-vous sur notre site internet !
Vous y trouverez de nombreux conseils professionnels pour trouver les vins qu’il vous faut, sans avoir à courir de caviste en caviste !

Vous hésitez à sauter le pas ?
Comme nos jeunes mariés, venez découvrir notre service de dégustation à distance pour savourer les crus qui vous tentent et choisir les meilleurs vins pour votre repas de noces sans vous tromper !

0 Partages

SERVICE CLIENT

A votre écoute du lundi au samedi de 9h00 à 20h00 au 05 24 84 03 04 ou par mail via le formulaire de contact.

LIVRAISON SOIGNÉE

Assurée par des transporteurs professionnels, votre livraison est effectuée à la date prévue avec le plus grand soin.

PAIEMENT 100% SÉCURISÉ

Payez en ligne avec votre carte bancaire ou Paypal en toute sérénité.

MEILLEURS PRIX

Tous nos prix sont des prix de vente direct propriété.

WINEDDING
372 avenue Thiers
Bureau 24
33100 BORDEAUX
05 24 84 03 04
contact@winedding.com

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération

© 2019 Winedding. L’alliance des vins

    Winedding

    L’allié divin des futurs mariés !

    Horaires :
    09:00 – 20:00

    Adresse :
    372 avenue Thiers, Bureau 24
    33100 Bordeaux

    Téléphone :
    05 24 84 03 04

    0 Partages
    Partagez